Connectez-vous S'inscrire

Site multimédia créé par le Parc National des Ecrins et le Centre de l'Oralité Alpine du Département des Hautes-Alpes

 

Site multimédia créé par le Parc National des Ecrins et le Centre de l'Oralité Alpine du Département des Hautes-Alpes

   

La 14 ème Foire de Champoléon bat son plein au rythme des sonnailles



Crédit Photo : Denis Richard - ((son-art)) productions
Crédit Photo : Denis Richard - ((son-art)) productions

Le Tardon c’est l'anneau né au printemps vers avril/mai qui part avec sa mère en alpage durant l’été, son alimentation est composée de lait maternel et d’herbe fraîche.  Après avoir passé l’été en estive, ( petits plateaux herbeux d’altitude ), ils redescendent en vallée, une grande partie sera vendue lors de la foire à d’autres éleveurs. Puis ils seront engraissés avec du grain et du foin durant quelques mois supplémentaires.

L’adaptation à cette nouvelle alimentation n’est pas si facile pour le Tardon ; l’expérience de l’éleveur compte beaucoup dans cette transition. La coopérative du Grillon, située dans la Drôme, un des plus importants clients, elle achètera près de 200 têtes. Equipé d’un camion de transport de bestiaux, ils sont venus avec un éleveur faire leur marché depuis la Drôme.

La 14 ème Foire de Champoléon bat son plein au rythme des sonnailles. L’heure de la négociation. Que de passion et d’amour des bête ! Oui certes, la destination finale est souvent notre assiette mais entre temps, les bêtes ont eu la chance de vivre des moments privilégiés, altitude, bon air, nourriture naturelle et saine, et amour des éleveurs... Tout ce qui a été perdu dans les filières industrielles se retrouve concentré dans la Foire de Champoléon. Il y a aussi le contact humain, le plaisir d’exposer une partie de son élevage, de faire la promotion d’une race. Il y a quatorze ans, sur les traces de son père, l’organisatrice Maryline Moynier décide de relancer cet événement. Elle est mariée à un éleveur, ils ont ainsi chacun leur propre exploitation dans la vallée de Champoléon et disposent de 300 Tardons. Une centaine seront abattus prochainement pour des particuliers et les 200 autres partirons en coopérative dans la Drôme. ( Coopérative du Grillon )
 La 14 ème Foire de Champoléon bat son plein au rythme des sonnailles. L'éleveur Michel Blanc, présent sur la foire est heureux de faire affaire avec un autre éleveur-exposant. Après une bonne demi-heure de négociation il vendra un de ses béliers. “C’est un fond de vallée qui mérite bien de vivre, et il faudrait que chaque éleveur joue son rôle, on est là aussi pour faire vivre nos campagnes et montrer notre travail au public ”. Fièrement, il parle de ses béliers “île de France”, habitués à vivre en plein air, et veut faire connaître davantage cette race qui est largement répandue en France pour ses qualités de croisements. En GAEC avec son frère, Michel et son épouse s’occupent principalement d’un troupeau de 600 mères, laissant son frère s’occuper davantage des terres tout en restant polyvalent. L’éleveur pense que pour redonner une bonne image de l'agriculture il faudrait que les agriculteurs se prennent par la main et qu’ils participent davantage aux foires même si on ne gagne pas beaucoup d’argent ce jour là.  Il y a seulement deux éleveurs de béliers “Ile de France” sur le département des Hautes-Alpes. De plus, le GAEC familial de Michel Blanc est en sélection reproducteurs. Dans la matinée il vendra un de ses cinq béliers exposés à un éleveur d’Orcières- Merlette pour la somme de 400 euros. Chevrettes, boucs, béliers, moutons, Tardons sont sagement parqués dans leurs enclos provisoires. La négociation se prolonge, on choisit les bêtes, puis on discute le prix à un euro près. Un euro par tête c’est parfois le bénéfice ! ..., l'éleveur maintient son prix, 71 euros pas moins, l’acheteur accompagné par le directeur de la coopérative du Grillon  pour laquelle il travaille essaye de faire baisser à 70... la coopérative propose 70,50 euros... Puis l’affaire se fait finalement. ( Sans savoir exactement à quel prix ) Le directeur de la coopérative me confiera que le fait qu’il y ait peu d’acheteur rend les né-gociations plus longues. Une foire à dimension humaine. En milieu de matinée, chèvres, boucs, béliers, tardons, recevront la bénédiction du prêtre lors de la messe célébrée en plein air. A cette occasion le prêtre rappelle que le métier d'éleveur et plus largement les métiers du secteur agricole rendent heureux et que, malgré les crises, les agriculteurs restent des personnes épanouies. Ce jour là, la prière ira en direction des plus fragilisés du secteur agricole tout en rendant grâce pour la fierté qu’ont les éleveurs en ce début d'automne près de leurs bêtes en bonne santé. La 14 ème Foire de Champoléon bat son plein au rythme des sonnailles






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Mai 2015 - 22:28 Un homme, une vie

Mercredi 12 Novembre 2014 - 17:48 Temps de Cordée

amasse-mousse | auteurs | travailler | rêver | raconter | parcourir | aménager | habiter

     

Twitter
Rss
Newsletter
Réalisation et gestion du site :
Recevez gratuitement "la niouze qui roule", inscrivez-vous ici :